21 févr. 2014

Le Deuxième Eté

Auteur: Ann Brashares

Titre original: The Second Summer of the Sisterhood

Edition: Delacorte Press

Genre: Jeunesse

Date de parution: 2003

RésuméAu cours de ce deuxième été, les filles se réunissent de nouveau chez Gilda avant leur séparation. A la base, Bridget et Lena devaient chercher un petit boulot toutes les deux, mais Bridget, qui traverse une crise existentielle, décide de se rendre en Alabama pour voir sa grand-mère qu'elle n'a pas vue depuis sa toute petite enfance. Lena reste donc à Bethesda et elle travaille chez Basia, une boutique de mode. Carmen reste elle aussi à Bethesda, s'occupe en faisant du baby-sitting régulièrement et en gâchant la vie de sa mère. Tibby s'en va en Virginie, faire un stage d'études cinématographiques pour les deux mois d'été. Lena, quant a elle, son coeur est resté en Grèce.



Un an s’est écoulé depuis la fin du premier tome. Un nouvel été débute et on retrouve Tibby, Bee, Carmen et Lena pour des vacances qui semblent au départ être ordinaires. Bien sûr les choses vont se passer différemment sinon il n’y aurait rien à raconter.

Comme pour le premier tome on suit les filles indépendamment des autres, sans aucun ordre particulier. Chaque histoire est différente, suivant le fil du caractère des héroïnes mais offrant ainsi à nouveau des récits inégaux. Les thèmes abordés sont pourtant intéressant dans leur ensemble mais j’ai moins apprécié la façon dont ils étaient développés.

Contrairement au livre précédent, c’est l’histoire de Bee qui m’a le plus touchée. Alors que l’été d’avant elle m’avait fait l’effet de n’être qu’un cliché de la fille dragueuse qui ne cherche qu’à se faire voir et m’avait quelque peu énervée, son caractère est ici plus développée. A travers son mal être et sa tentative de renouer avec un passé oublié on découvre une jeune fille plus fragile qu’au premier abord, plus proche de sa mère qu’elle ne l’aurait cru. Il se dégage beaucoup de nostalgie et d’émotions dans cette découverte et on sent que ce retour aux sources va lui permettre de se retrouver et d’avancer. C’est notamment la façon atypique qu’elle a d’aborder son passé et de se remettre sur pieds qui fait sa force et qui fait que l’on s’attache à elle. Le seul bémol à son récit est le fait qu’on ne sache pas vraiment pourquoi elle s’est retranchée de la sorte. On devine vaguement une cause venant du premier tome sans que rien ne soit totalement expliqué, ce qui reste frustrant.

Les autres filles sont par contre bien fades comparées à Bee. Lena n’évolue toujours pas, elle se contente de vivre sur des souvenirs et une décision qu’elle regrette. Le parallèle fait avec sa mère n’est pas réellement convaincant et on se contente de revivre des regrets sans que cela n’apporte concrètement quelque chose au personnage. Tibby quant à elle stagne sur sa rencontre avec Bailey, ce qui est assez compréhensible. On sent que cette rencontre a fortement marquée la jeune fille mais comme pour Lena, il ne se passe pas grand-chose pour elle durant cet été et on se lasse rapidement des passages où elle apparaît. Carmen est celle qui m’a le plus déçue. Si auparavant j’avais pu comprendre sa réaction envers son père, son comportement dans ce second tome est risible et incompréhensible. On se retrouve face à une enfant capricieuse qui n’hésite pas à agir de manière détestable afin que son quotidien ne soit pas chamboulé, ce qui donne un récit plat malgré la volonté de l’auteur de rajouter de l’émotion.

Au final ce tome est moins bon que le premier. Le plaisir de retrouver les quatre amis s’efface devant la platitude de la plupart des histoires et la stagnation de certains personnages. Les thèmes abordés qui sont pourtant intéressants le sont de façon maladroite et il est difficile de s’attacher complètement aux héroïnes. La lecture se révèle moins passionnante même si elle reste facile.

Lu dans le cadre du challenge Read in English:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire