8 mai 2016

Le Club des Veufs Noirs

Auteur: Isaac Asimov

Titre original:  Tales of the Black Widowers

Edition: 10/18

Genre: Policier, Nouvelles

Date de parution: 1989

Résumé: Les six membres du " club des Veufs noirs " ne sont pas nécessairement veufs ni même célibataires, mais ils se réunissent chaque mois entre eux pour boire, dîner et... résoudre des énigmes, grâce, le plus souvent, au concours de l'inégalable Henry, leur maître d'hôtel.
A travers ces " pièces de conversation " sans équivalent, on retrouve la grand Asimov : astucieusement rationnel, logique avec humour, merveilleusement intelligent.



Pour ma première découverte d’Isaac Asimov je suis restée en terrain connue puisque j’ai privilégié un recueil de nouvelles policières plutôt que de me lancer dans le genre de prédilection de l’auteur, à savoir la SF.

Ces quelques nouvelles nous présentent un groupe d’hommes qui, bien au chaud dans leur club, se retrouvent confrontés à des énigmes qui leur sont données par des invités. Ces problèmes semblent de prime abord difficiles à cerner et si chacun y va de son interprétation, personne ne parvient à les résoudre, à l’exception de leur serveur. Ce schéma, qui se répète à chacune des nouvelles, n’est pas sans rappeler les romans d’Agatha Christie. En effet, le lecteur est souvent aussi perdu que les personnages principaux et il faut attendre qu’un protagoniste sorte du lot pour nous éclairer à la fin. Le serveur est donc ici l’Hercule Poirot d’Asimov, et c’est avec plus de modestie mais tout autant d’intellect qu’il parvient à expliquer chaque situation qui devient alors parfaitement claire et tout à fait logique.

La constance des personnages est aussi intéressante, puisque l’on fini par les connaître, par s’habituer à eux. Chacun a son propre caractère, bien défini et on regrette presque de ne pas les voir dans un récit plus long, où leur personnalité aurait pu être encore plus développée.
L’écriture d’Asimov n’est pas contemporaine, et cela se voit dans la description et les dialogues. Cependant, loin d’être un handicap, cela confère un aspect désuet mais sympathique au récit.

En somme, Asimov nous montre que même hors de son genre de prédilection, il n’en reste pas moins à l’aise et ce recueil de nouvelles se lit facilement, rapidement et avec plaisir.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire