22 mars 2014

Lysandre Chalkhill - Livre 1 : "Filigranes"

Auteur: Hélène Louise

Edition: Editions de la Chimère

Genre: Science-Fiction

Date de parution: 2013

RésuméDans la petite ville de Saint Rioch de la Province Armorique Ouest, la vie suit son cours. Depuis 1961, l'année du tragique mais très lointain Soulèvement, la nouvelle humanité a appris à partager l'autorité avec les Résidents (des Intelligences Artificielles Biologiques) ainsi qu'à accepter les emprunts de corps humains exigés par ceux-ci.
Lysandre, bien qu'elle soit de mère humaine-traditionnelle et de père lépido, a réussi à réaliser son rêve et travaille comme vétérinaire à la Clinique des Pas Perdus. Elle fait profil bas, masquant en permanence les ailes et les antennes qui trahissent son métissage, et vit heureuse dans la petite maison qu'elle partage avec son ami d'enfance, Népomucène, un jeune félide instituteur à Saint Rioch, et parfois aussi avec Naïs, la petite fille adoptive de ce dernier. L'enfant, comme tous les pupilles résidentiels de la ville, vit en effet principalement à l'orphelinat, où elle doit se soumettre aux réquisitions incessantes des Résidents.

Mais en ce début
 d'automne 2116, d'inhabituels événements viennent troubler l'existence un peu trop paisible de Lysandre, résignée à son sort de Basse-Caste. Des événements qui la pousseront dans ses derniers retranchements, ébranlant ses convictions et lui offrant ce que son cœur se défendait d'espérer...



Filigranes est le premier tome d’une nouvelle série d’Hélène Louise, auteure rencontrée au détour d’un forum et qui a eu la gentillesse d’accepter un partenariat avec moi. J’ai donc troquée mes lectures policières/thriller pour un roman de science-fiction, uchronique de surcroît dont l’histoire m’a conquise et transportée dans une France à la fois proche et éloignée de la notre.

L’histoire est originale et nous offre la vision d’un futur atypique où l’intelligence artificielle a pris le dessus sur l’Homme qui n’est désormais plus le maître du monde. De nouvelles espèces sont apparues, dues aux mutations générées par des recherches scientifiques dans les années 50 et tous vivent en cohabitation sur un système de caste qui rappelle au final nos classes à nous. La singularité de ce futur tient au fait que le gène de la créativité a été supprimé, stoppant le monde d’une certaine manière dans les années 50. Cette dualité passé/évolution confère une atmosphère singulière mais très intéressante au récit. Ce dernier est assez lent, l’auteure prenant son temps pour poser les bases de son histoire, nous présentant le contexte et les divers personnages. Malgré une absence d’action, on ne s’ennuie pas : on est happé par les évènements qui se déroulent, on comprend petit à petit les enjeux qui se présentent à nous ainsi que la direction que prend doucement le roman au gré des révélations apprises par les personnages. L’auteure aborde également des thèmes importants qui semblent récurrents à n’importe quelle société, à n’importe quelle période telle que la différence et les préjugés qu’elle engendre ou bien la lutte des classes. On sent une critique de notre société actuelle à travers de nombreux points, nous amenant à réfléchir quelque peu à notre comportement. Le seul vrai bémol réside dans l’absence d’une quelconque tension à la fin du roman qui reste dans la continuité du récit. Un mini cliffhanger ou une fin un peu plus active aurait été plus sympathique afin de surprendre le lecteur et de le laisser dans une réelle attente de la suite.

Du côté de l’écriture, celle-ci est fluide, légère et très imagée. Elle permet au lecteur de plonger dans cet univers et de mieux comprendre ce monde inconnu. Les nombreuses explications qui parsèment l’histoire sont bien abordées et amenées et permettent une meilleure explication de la situation actuelle sans que cela n’alourdisse pour autant le récit. Cependant, même si la plume d’Hélène Louise est très belle et nous permet de mieux appréhender ce milieu étrange, les descriptions physiques des personnages restent difficiles à imaginer, nous laissant parfois un peu confus.

Si on a du mal à réellement se les imaginer, les personnages n’en restent pas moins intéressants tant par leur divers caractères que par leurs comportements. Ce sont par contre les personnages secondaires qui sont les plus attrayants, simplement car ils semblent plus proches et accessibles que l’héroïne, bien trop lisse dans son rôle de métisse. Chacun possède une belle personnalité qui correspond à sa nature et on sent déjà une petite évolution chez eux.


L’histoire de Lysandre Chalkhill est bonne mais ce premier tome ne va pas aussi loin qu’il aurait pu. Malgré tout on suit facilement et avec plaisir les pas de Lysandre tout en découvrant les prémices d’un récit qui ne demande qu’à s’approfondir grâce à l'imagination fertile de l'auteur et son aisance à décrire le monde qu'elle a créé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire