7 avr. 2014

American Hustle

Film américain

Date de sortie:  5 février 2014

Réalisé par: David O'Russell

Avec: Christan Bale, Bradley Cooper, Amy Adams, Jennifer Lawrence, Jeremy Renner etc.

Durée: 2h18

Genre: Comédie dramatique, Thriller

Synopsis: Entre fiction et réalité, AMERICAN BLUFF nous plonge dans l’univers fascinant de l’un des plus extraordinaires scandales qui ait secoué l’Amérique dans les années 70. 
Un escroc particulièrement brillant, Irving Rosenfeld, et sa belle complice, Sydney Prosser, se retrouvent obligés par un agent du FBI, Richie DiMaso, de nager dans les eaux troubles de la mafia et du pouvoir pour piéger un homme politique corrompu, Carmine Polito. Le piège est risqué, d’autant que l’imprévisible épouse d’Irving, Rosalyn, pourrait bien tous les conduire à leur perte…



Encensé par la critique, nommé dans dix catégories aux Oscars, American Hustle semble être la dernière perle de la nouvelle coqueluche d’Hollywood, David O’Russel. Le réalisateur d’Happiness Therapy s’attaque ici aux années 70 en s’inspirant de faits réels qui tournent autour d’une belle arnaque digne d’un Scorsese. Sauf que c’est nous spectateurs qui nous retrouvons arnaqués devant un semblant de thriller qui finalement préfère se concentrer sur les diverses relations des différents personnages au détriment de l’histoire originale.

O’Russel nous avait pourtant prévenus : ce n’est pas le scénario qui l’intéresse mais bel et bien ses personnages. Le résultat est malheureusement décevant et se traduit par une histoire brouillonne qui finit par rapidement perdre les spectateurs au bout de quelques scènes. Malgré une introduction intéressante qui met en place l’intrigue, le tout disparaît rapidement au profit des rapports personnels qui s’enchevêtrent dans un jeu mêlant séduction et jalousie, le tout n’étant guère passionnant. L’ensemble est décousu et donne l’impression que les scènes sont jetées à la suite les unes des autres sans réel but ni contrôle. Cette idée de confusion est confortée par une mise en scène, qui malgré un côté un peu trop académique n’a de cesse de jouer sur des gros plans, ajoutant un manque de profondeur et d’inspiration à cette absence de scénario. Il en va de même pour les personnages, grotesques de par leurs frisottis, moumoutes et autres décolletés plongeant dont la personnalité reste fade au possible. Malgré un florilège d’acteurs excellents, ces derniers ont du mal à donner de la crédibilité à leurs protagonistes et ce notamment à cause de dialogues pour la plupart vides de sens et à une mauvaise impression que tous surjouent. On a au final des séquences souvent longues et inintéressantes qui ne semblent avoir pour but que de rallonger le film.

On en oublierait presque que ce dernier n’est pas que de la romance mais aussi un thriller. Si l’idée de l’arnaque revient par touche, nous offrant cependant un beau retournement de situation final, on déplore que la partie de l’opération ne soit pas transcendante mais soit au contraire bâclée et engloutie par ce fatras de mélo. Sous des airs d’années 70 accentués par une belle BO et une photographie qui nous replonge dans ces années passées, on a l’impression de voir un film hybride qui se serait largement inspiré de Scorsese et des films de gangsters pour nous livrer ce qui ressemblerait plus à une mauvaise parodie.

O’Russel nous livre donc un film creux, sans rebondissements, dynamisme ou suspense dont le véritable intérêt n’est pas évident et dont la longueur nous laisse un mauvais goût amer à la suite de son visionnage. Ni réelle comédie, ni thriller, ce film prend comme prétexte une histoire vraie pour nous livrer simplement la prestation d’acteurs en roue libres, ce qui n’est hélas guère suffisant pour faire un bon film. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire