13 avr. 2014

Carrie la vengeance

Film américain

Date de sortie:  4 décembre 2013

Réalisé par: Kimberly Pierce

Avec: Chloë Grace Moretz, Julianne Moore, Judy Greer, Gabriella Wilde, Ansel Elgort etc.

Durée: 1h40

Genre: Epouvante-horreur

Synopsis: Timide et surprotégée par sa mère très pieuse, Carrie est une lycéenne rejetée par ses camarades. Le soir du bal de fin d’année, elle subit une sale blague de trop. Carrie déchaîne alors de terrifiants pouvoirs surnaturels auxquels personne n’échappera...


Nouvelle adaptation du célèbre roman de Stephen King, remake de l’excellent film de Brian De Palma de 1976, Carrie la vengeance version 2013 n’est malheureusement pas innovant et s’inscrit dans la lignée des remakes ratés.

Il est vrai qu’il n’est jamais aisé de se démarquer d’une œuvre originale lorsqu’on a affaire à une adaptation ou un remake et que l’on est plus facilement enclin à faire des comparaisons avec les premières versions littéraires ou cinématographiques. On n’échappe hélas pas à ce réflexe ici et ce pour la simple raison que la plupart des scènes sont pratiquement un copié-collé du film de 1976. Pourtant cette nouvelle version semblait vouloir s’éloigner de son prédécesseur en se focalisant sur la relation mère-fille, ce que semblait démontrer une première scène intéressante dans laquelle on peut découvrir la folie religieuse de Margaret White mais également un lien particulier entre elle et Carrie. Cependant l’idée est rapidement délaissée pour seulement resurgir à la fin de manière inopportun et maladroite, versant alors dans une forme de pathos ratée. Le reste du film n’est guère mieux, la réalisatrice se contentant d’emprunter  à De Palma son scénario en contextualisant le tout à coup de téléphones portables et Youtube. Encore une fois l’idée est intéressante mais est tellement mal exploitée qu’elle ne semble n’être qu’un prétexte pour attirer un public plus large et plus jeune.

Les personnages sont eux aussi malmenés et perdent cette intensité que l’on peut trouver dans l’œuvre de l’écrivain et celle de De Palma. Quid de cette idée de passage à l’âge adulte ? On se retrouve avec un simple teen-movie qui ne met en avant que cette découverte des pouvoirs, laissant de côté la psychologie de Carrie et sa détresse. Outre un problème dans l’écriture, c’est aussi le jeu des actrices qui laisse à désirer. Si Julianne Moore est assez convaincante, il reste dommage qu’elle ne se soit pas approprié plus que cela le personnage, se contentant de nous offrir une performance un peu trop académique. Chloé Grace Moretz quant à elle ne parvient qu’à singer l’héroïne ; en plus de son physique qui nous empêche de visualiser la moche Carrie, ses mimiques faciales et gestuelles donnent l’impression qu’elle surjoue mais nous montre surtout son incapacité à faire passer une émotion à travers son regard, notamment la folie lors de la séquence finale.

Cette dernière, point culminant de l’histoire, rate son apogée et nous sert simplement un simulacre de surenchère et un trop plein d’effets spéciaux, comme si l’horreur de ce qui se déroule ne pouvait être montrée d’une autre manière. La réalisation, plate et sans saveur nous offre une scène insipide face au seau lors du bal, moment pourtant plus qu’intense car déclencheur d’une folie explosive. Carrie se transforme alors en un piètre double de Magneto avec ses gestes approximatifs et la vengeance qui débute manque de sincérité et de force. Le final ne relève malheureusement pas le niveau et les changements apportés n’apportent rien de plus au récit.

Carrie version 2013 se contente donc de mettre au goût du jour un film culte qui n’avait aucunement besoin d’un remake, ne prenant jamais de risques que ce soit au niveau du scénario ou de la réalisation plate et insipide. Entre scènes inutiles et prestations pour la plupart médiocres, le film oublie le propos du roman pour nous servir sa propre morale aseptisée à la sauce Hollywood, quitte à oublier le réel sens de l’histoire au profit du spectaculaire qui dénature les personnages et transforme cet énième remake en un pseudo film d’horreur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire