30 juil. 2016

Le Gollem d'Hollywood

Auteur: Jonathan Kellerman, Jesse Kellerman

Titre original:  The Gollem Of Hollywood

Edition: G.P. Putnam's Sons

Genre: Policier

Date de parution: 2014

Résumé: Jacob Lev, un inspecteur de Los Angeles marqué par un père rabbin et une mère sculptrice, enquête sur la découverte d'une tête, séparée du corps, dans la cuisine d'une habitation désaffectée de la colline d'Hollywood. Ses investigations le plongent au coeur de mythes juifs du XVIe siècle autour d'un créature humanoïde, reliant cette affaire à celle d'un tueur en série de Prague.



The Golem of Hollywood est le troisième roman que je lis de Jonathan Kellerman, et alors que le résumé m’avait fortement intriguée, la lecture s’est au final révélée être laborieuse et décevante.

Tandis que le début nous lançait dans un récit prometteur, avec une scène intéressante à Prague et l’apparition d’une créature des plus étranges, la suite plonge rapidement dans un rythme plus lent, qui, s’il convient parfaitement bien à la mise en place de l’histoire et à la présentation du personnage principal, n’en devient que plus lourd et pénible par la suite. En effet, ce rythme donne la désagréable impression qu’il ne se passe pas grand-chose, et ce en dépit même d’une tentative intéressante mais peu concluante de mélanger deux récits en un. L’alternance récit religieux et enquête actuelle aurait pu donner quelque chose de plus attrayant si le premier ne s’en trouvait pas rallongé. Certes, on nous explique par ce procédé la provenance du golem, mais la longueur des passages  n’en alourdit que plus un récit qui aurait plutôt besoin d’un rythme plus soutenu.

Les personnages sont malheureusement à l’image de l’histoire : fades et peu attrayants. Qu’il s’agisse du héros ou bien des protagonistes secondaires, aucun n’est réellement sympathique et on a du mal à se sentir proches d’eux.


Au final, malgré une idée intéressante de mêler le religieux à une enquête moderne, la lenteur et les longueurs des récits font que ce roman devient pénible à lire et terminer. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire