7 janv. 2017

Hortense

Auteur: Jacques Expert

Edition: Sonatine

Genre: Thriller

Date de parution: 2016


Résumé: 1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »

2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?





Intriguée par ce titre et cette couverture, je me suis penchée plus en avant sur ce roman que j’ai fini par dévorer en peu de jours.

Inspirée de faits réels, l’intrigue nous plonge à la suite de Sophie dont la fille est enlevée par son père peu avant ses 3 ans. Malgré les recherches, les deux n’ont jamais été retrouvés et Sophie a passé plus de 20 ans à croire, espérer tout en se refermant sur elle-même.
Alors que l’on découvre les événements tragiques on est pris d’affection pour cette mère battante dont l’amour pour sa fille devient son unique force face à l’incompétence policière et judiciaire. Cependant, au fur et à mesure de que l’on avance dans le récit, un malaise se fait ressentir, de plus en plus vivace. Alors que Sophie semble avoir retrouvé sa fille de manière fortuite, elle tient des propos et des pensées qui mettent mal à l’aise. Outre le bonheur de revoir Hortense, l’inquiétude quant à lui révéler sa réelle identité, Sophie ne peut s’empêcher de s’enfoncer dans une optique de vengeance. Compréhensible certes, mais cela devient une obsession gênante quand à ceci s’ajoute des pensées de domination sur sa fille. On entre également dans une pure victimisation : tout ce qui est arrivé n’a été fait que dans l’unique but de la détruire, elle.
Outre ce comportement de plus en plus gênant, on découvre à travers d’autres témoignages une femme instable, encline à la violence verbale, colérique, qui contraste totalement avec la Sophie dépeinte au début.

Jacques Expert parvient à instaurer un sentiment de malaise qui ne cesse de grandir au fil de la lecture. Tout s’entremêle et plus rien ne semble aussi clair qu’au début. Le doute s’est immiscé, et il perdure jusqu’à la fin, fin qui nous coupe le souffle tant elle est brutale et inattendue.

Avec son écriture assez simple l’auteur arrive à créer une ambiance lourde qui se détériore au point de finir malsaine. Son usage de différentes découpes y contribue beaucoup. En effet, l’alternance des points de vue entre Sophie et Hortense, mais également l’introduction d’interrogatoires de différents personnages secondaires confèrent l’idée d’un prisme dans lequel se reflète une vérité changeante selon l’angle de vue dans lequel on le regarde. Ce qui était une certitude au départ disparaît. Le style d’Expert n’est pas non plus recherché et il se contente d’une simplicité qui fait mouche puisqu’elle parle à tout le monde.

Les personnages sont intrigants mais peu attachants. Sophie, qui l’était au départ (peut être à cause de la piété qu’elle suscite chez le lecteur) devient un être insaisissable, difficile à cerner et donc à apprécier. Hortense est sympathique, mais sans plus. Ces deux personnages finissent par se révéler dans une conclusion que j’ai fini par considérer comme bâclée A force de réflexion, trop de questions restent en suspens, et rien n’est clair.


J’en ressors frustrée et si la lecture a été addictive, cette fin me laisse un arrière-goût amer.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire