10 avr. 2017

I Am not a Serial Killer

Auteur: Dan Wells

Edition: Tor Books

Genre: Thriller

Date de parution: 2010


RésuméJohn Wayne Cleaver est un jeune homme potentiellement dangereux. Très dangereux. Jugez-en plutôt : garçon renfermé, pour ne pas dire sociopathe, il vit au milieu des cadavres à la morgue locale, tenue par sa mère et sa tante, il a une certaine tendance à tuer les animaux et, depuis son plus jeune âge, il nourrit une véritable passion pour les tueurs en série. Ainsi, son destin semble tout tracé. Mais conscient de son cas, et pas spécialement excité à l’idée de devenir un serial killer, John a décidé d’en parler à un psy et de respecter quelques règles très précises. Ne nourrir que des pensées positives à l’égard de ses contemporains. Ne pas s’approcher des animaux. Éviter les scènes de crime. Ce dernier commandement va néanmoins devenir très difficile à suivre lorsqu’on retrouve autour de chez lui plusieurs corps atrocement mutilés. Y aurait-il plus dangereux encore que John dans cette petite ville tranquille ? Aurait-il enfin trouvé un adversaire à sa taille ?





I am not a serial killer est le genre de titre qui va tout de suite attirer mon regard. Accompagné de surcroît par un résumé des plus alléchants, il ne m’en fallait pas plus pour me décider à le lire.

Le récit débutait bien, avec notre rencontre avec le héros qui s’avère être sociopathe. John est un personnage atypique, pour qui il est impossible de se lier émotionnellement parlant et qui a des tendances à vouloir tuer. On a donc un anti-héros sous toutes ses formes, mais au lieu d’être révulsés, comme cela devrait être le cas normalement, John nous intrigue, voire nous fascine. Dès le début les cartes sont posées : John ne nous épargne rien de son caractère hors norme et nous explique ses pulsions, qu’il tente de combattre du mieux qu’il peut, ainsi que sa fascination pour les cadavres et les tueurs en série. Sa « passion » et son caractère en font quelqu’un de marginalisé, et qui se marginalise de lui-même pour ne pas succomber à ses pulsions meurtrières. Il est intéressant de voir les règles qu’il a mis en place pour rester éloigné des gens et tenter de se montrer le plus normal possible. On sent toute son incompréhension face à l’empathie que les gens peuvent ressentir. Depuis tout petit, il a donc appris à lire sur le visage des gens pour reconnaître les émotions qui lui sont inconnues et de ce fait pouvoir interagir du mieux qu’il peut avec eux.

Cependant tout bascule le jour un commence une série de meurtres sanglants et étranges. John peut enfin mettre à contribution son savoir autour des meurtriers et il est prêt à pourchasser ce terrible monstre, qui lui fait pourtant écho. Malheureusement, cette chasse est des plus dangereuses puisqu’il n’y a plus un seul danger mais deux. En voulant pourchasser ce tueur, John réveille le monstre qui sommeille en lui, et une lutte des plus étranges s’engage à l’intérieur même de lui. Attrait donc plaisant pour quiconque s’intéresse aux tueurs en série et à leur manière de fonctionner.

Pourtant, si John et sa quête sont très intéressants, l’auteur choisi ici d’introduire un nouveau paramètre. Ce dernier se révèle peu pertinent puisqu’il n’apporte rien de plus au récit. Au contraire, le fait d’apporter cela semble plutôt contribuer au fait de vouloir dédouaner John de ses pulsions et ainsi de ne pas le transformer complètement en vrai tueur, et donc en monstre dangereux pour sa communauté. Qui plus est, cet ajout ne change pas complètement le cours du récit, et il aurait été bien plus pertinent de rester avec un réel meurtrier.

Malgré ce point négatif, la lecture reste très plaisante. De par le choix d’écrire à la première personne du singulier le lecteur se retrouve étroitement lié au héros, permettant ainsi une proximité intéressante et instructive. L’écriture est plaisante, dynamique et ne laisse aucun répit au lecteur avec des descriptions plutôt détaillées des cadavres et des meurtres.

En somme, I am not a Serial Killer est un bon roman qui se laisse lire rapidement et pour lequel on accroche facilement, si ce n’est ce parti pris inutile de la part de l’auteur. Cela ne gâche pas non plus la lecture, et en reposant le roman l’envie de découvrir la suite est bien présente.




1 commentaire:

  1. J'avais adoré ce premier tome.
    J'ai aimé la psychologie du personnage et la plume de l'auteur qui nous retourne l'estomac à chaque description de cadavres ou d'embaumements ! xD
    La révélation sur les origines du tueur à la fin en a déplu plus d'un mais pour ma part, ça ne m'a pas dérangé plus que ça. J'ai justement apprécié cette originalité.
    Si tu as aimé ce tome, tu aimeras sans doute le suivant qui malgré un début un peu mou se termine en apothéose ! **

    RépondreSupprimer