The Arms Peddler (Tome 1)

Auteur: Night Owl (écrivain); Kyoîchi Nanatsuki

Type: Seinen

Genre: Dark Fantasy

Editions: Ki-oon

Publication: En cours 

Résumé: Le monde est devenu une zone de non-droit, une terre désolée où grouillent démons et criminels de tout poil. Au bord d’une route, la famille de Sona Yuki est assassinée par des bandits. Marqué au fer rouge, le jeune garçon agonise dans un désert aride quand surgit Garami, une marchande d’armes qui lui propose un choix cruel : céder à la facilité en s’abandonnant à la mort ou bien choisir la survie dans un monde hostile et sans merci. 









Ancré dans un monde post-apocalyptique, The Arms Peddler se targue de présenter une histoire noire et dure.

Le pari est réussi: dès les premières images on est plongé dans une ambiance sombre, terrible avec une scène des plus violente. Le ton est donné, rien ne se sera épargné au lecteur, ni la sauvagerie ni la torture ou la nudité ne seront déguisées.
Plongé dans un univers qui n'est pas sans rappeler celui de Mad Max, on fait la connaissance de deux personnages que tout oppose. Garami représente parfaitement ce personnage de la Dark Fantasy, qui tend vers l'amoralité: elle ne fait aucune distinction entre le bien et le mal mais agit bien pour son propre compte. Sona est quand à lui, ce protagoniste assez crédule, qui n'hésite jamais à discuter du bien fondé des actions, ne pouvant s'empêcher de penser aux conséquences néfastes. Si ces deux là ne sont pour l'instant pas encore assez approfondis, (notamment Garami qui reste bien mystérieuse), leurs caractères différents les rendent déjàsympathiques.

L'histoire en elle-même est plaisante. Il est vrai qu'au départ elle ne semble par totalement originale, puisque l'on retrouve des thèmes déjà vu ailleurs, mais son développement la rend singulière, entre les zombies, nécromanciens et surtout les vestiges de notre monde qui peuplent encore cette terre post-apocalyptique. L'intrigue se met doucement en place, mais l'action est déjà là et ne quitte jamais le récit.
Quant au graphisme, les dessins sont sublimes, fluides, et rendent parfaitement compte de l'ambiance sombre et violente. Très dynamique, on sent un travail pointilleux derrière des images où les détails fleurissent donnant par là même une impression de réalisme au manga.


Ce premier tome base ainsi la base d'une histoire qui se veut dark, empruntant quelques références pour créer son propre univers. On est embarqué facilement dans le récit sympathique qui promet une suite plus explosive.

Commentaires

  1. Ca pourrait me plaire, est-ce que tu sais si beaucoup de tomes sont prévus par hasard ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement non, il y a 7 tomes de sortis pour l'instant et le rythme est très lent :(

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Bilan Décembre 2018

Do You Speak Manga? 2019

#Doyouspeakmanga? Bilan de Février