Le Cri

Auteur: Nicolas Beuglet

Edition: Editions XO (Ebooks)

Genre: Thriller

Date de parution: 2016


Résumé: Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !



Ayant offert ce roman en début d’année, je me suis laissée tenter par le résumé et j’ai décidé de me lancer moi aussi dans la lecture de ce roman. Ce dernier m’avait l’air des plus intrigants et c’est avec plaisir et anticipation que je me suis laissée entraîner dans la découverte de l’histoire.

Le début m’a confortée dans mon choix : on entre tout de suite dans le vif du sujet avec l’instauration d’une ambiance mystérieuse créée par la découverte du mort. Ce dernier semble avoir péri d’une manière inexplicable et entre le cri muet figé à jamais sur son visage et cette cicatrice de 488 sur son front, il n’en faut pas plus pour que notre curiosité soit titillée.

C’est ainsi que nous partons sur les traces de la victime avec l’inspectrice Sarah Beringën qui, suite à une rupture, s’est lancée à corps perdu dans son enquête. La première partie du roman est captivante puisqu’elle respecte assez bien les codes du thriller. Le suspense est présent, de nombreuses questions sont soulevées quant à l’identité du mort, inconnue, mais aussi sur sa présence dans cet asile. Le rythme est soutenu et l’intrigue se complexifie pour notre bonheur, nous faisant même découvrir des informations réelles sur certaines opérations menées durant la Guerre Froide. Les recherches faites par l’auteur ajoutent un dimension plus réelle au récit, ancrant ce dernier dans notre propre réalité.

Mais…. Et oui il y a un mais. L’histoire prend alors un tournant bien plus action et un schéma bien trop répétitif apparaît alors : menace, fuite, confrontation, découverte et on recommence le même cercle jusqu’à la fin. La boucle devient lassante, tout comme certaines facilités scénaristiques qui poussent au soupir de plus en plus souvent. Sophie, à présent accompagnée de Christopher, court après le temps afin de découvrir la vérité et sauver ainsi la vie du neveu de son nouvel acolyte. Les questions finissent par trouver leurs réponses et ces dernières m’auront laissé quelque peu dubitative, sûrement du fait que j’ai assez de mal avec tout ce qui concerne l’ésotérisme.

J’ai trouvé les personnages quelque peu stéréotypés, entre les héros qui s’en sortent face à des situations pourtant désespérées et les méchants qui jouent leur rôle. J’aurai apprécié un peu plus de profondeurs dans leurs caractères.

Quant à l’écriture, j’ai adoré la plume de l’auteur qui parvient avec justesse à nous faire visualiser les scènes décrites. Il possède un style très cinématographique, ce qui va parfaitement avec la seconde partie plus action.

En somme, malgré une fin un peu décevante et une trop grande action pour moi, ce roman reste très sympathique à découvrir et Nicolas Beuglet montre qu’il a un certain talent pour l’écriture.



Commentaires

  1. Ça m'a l'air plutôt pas mal malgré la fin un peu décevante! A voir si jamais il passe entre mes mains mais pas une priorité :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il reste bien quand même. J'ai beaucoup aimé apprendre des choses historiques, donc si tu as l'occasion pourquoi pas en effet :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Japan Expo Sud 2018

Concert Toto

Enigma