Magic

Auteur: William Goldman

Edition: Dell

Genre: Horreur, Drame

Date de parution: 1976


Résumé: Magic est l'histoire d'un homme nommé Corky Withers, vedette de music-hall , qui est la proie de forces obscure qui cherchent à le détruire .
Nous suivons Corky à New York, nerveux , agité. Il veut fuir... Malgré sa jeunesse , son charme , son talent , c'est un homme hanté , accablé par une idée fixe- un homme qui a quelque à cacher. Et il fait des efforts désespérés pour que le public ne découvre pas son secret . Ainsi commence cette étrange histoire qui entraîne le lecteur , de façon subtile , dans un monde de folie, jusqu'à une fin aussi imprévisible qu'inéluctable.




J’ai découvert ce roman dans le cadre de la lecture commune de juillet du book club Le Chaudron des Ténèbres. Je ne connaissais pas ce titre et le résumé laisse assez de suspense pour donner envie de découvrir l’histoire.

Ni une ni deux, me voici plongée dans le récit qui je dois l’avouer m’a laissée perplexe de bout en bout. J’ai eu d’abord du mal à entrer dans l’histoire et à suivre correctement les tenants et aboutissants de la première partie : on nous présente Corky à travers deux scènes avec des femmes, puis il y a un flashback nous expliquant comment il en est arrivé à devenir célèbre, et on revient au moment présent du récit où une offre lui ait faite mais il doit passer une visite médicale, ce qu’il refuse. Arrivé à ce point-là je croyais sincèrement que cette dernière scène faisait partie du flashback… ce qui n’est pas le cas. Cette scène explique les raisons qui poussent Corky à prendre le large, et surtout amène à la deuxième partie du récit que j’ai trouvé un peu plus intéressante. Mais cette première partie permet également de poser le doute quant à l’existence de Fats : dès les premières lignes il nous est présenté comme l’ami de Corky, mais on comprend rapidement qu’il s’agit en vérité de sa poupée de ventriloque. Le résumé se rappelle à nous et la question fatidique est enfin posée dans l’esprit du lecteur : Fats est-il une poupée possédée ou Corky est-il simplement fou ?

Goldman parvient avec justesse à maîtriser le suspense tout au long du récit : le doute ne nous quitte jamais et une certaine tension s’installe. Cependant on est loin de l’horreur auquel on pourrait s’attendre et on reste bloqué dans le fantastique. De plus la seconde partie s’éternise sur un sujet bateau et décevant : la reconquête de l’amour de jeunesse. On entre ici dans le cliché, que ce soit au niveau de l’histoire ou des personnages, ce qui est fortement dommage. Pourtant on continue à tourner les pages, la tension reste présente et tout ça grâce à Fats il faut bien l’avouer. La poupée sauve le récit et permet des retournements de situations quelque peu plaisants.

Cependant en refermant le roman j’ai eu le sentiment d’être flouée. Le fantastique est bien maîtrisé, et qu’on n’ait jamais une réponse concrète à la question de départ est très intéressant, mais les personnages stéréotypés, l’histoire qui s’éternise et le manque cruel d’horreur font que je ressors dubitative de cette lecture.

Je vais maintenant me pencher sur l’adaptation cinématographique de cette œuvre, histoire de voir si cela passe mieux en film ou non.

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout celui ci mais tu m'intrigues aussi avec l'adaptation

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connaissais pas et il ne me tente pas plus que ça, mais je suis curieuse d'avoir ton avis sur l'adaptation :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Japan Expo Sud 2018

Concert Toto

Enigma