4 janv. 2013

The Game

Film américain

Date de sortie: 1997

Réalisé par: David Fincher

Avec: Michael Douglas, Deborah Kara Unger, Sean Penn...

Durée: 2h08

Genres:  Thriller dramatique / Mystère

Synopsis: Nicholas Van Orton, homme d'affaires avisé, reçoit le jour de son anniversaire un étrange cadeau que lui offre son frère Conrad. Il s'agit d'un jeu. Nicholas découvre peu à peu que les enjeux en sont très élevés, bien qu'il ne soit certain ni des règles, ni même de l'objectif réel. Il prend peu à peu conscience qu'il est manipulé jusque dans sa propre maison par des conspirateurs inconnus qui semblent vouloir faire voler sa vie en éclats.



Deux ans après le remarquable Se7en, Fincher se replonge dans le thriller avec The Game qui partagea critiques et spectateurs lors de sa sortie.

Avec ce film, nous avons le parfait exemple de la subjectivité chez les uns et les autres : en effet, tandis que certains déplorent le manque de qualité au niveau du scénario, du jeu d’acteur ou de la réalisation, d’autres on été, au contraire, ravis et enchantés par cette métaphore du cinéma et cette perte de la réalité.

Car The Game, c’est avant tout la manipulation du spectateur à travers son personnage principal, Nicholas Von Orton. Seulement obnubilé par son travail, ce dernier vit dans une routine qui le laisse seul. Sa vie, marquée par une tragédie qui le hante, est vide de sens, comme le démontre le début du film. Mais quand son frère débarque avec pour cadeau d’anniversaire un jeu étrange, la vie de Nicholas est irrémédiablement bouleversée.

Ce qui apparait comme un jeu inoffensif va vite se transformer en un effroyable cauchemar. La compagnie du jeu s’immisce rapidement dans la vie d’Orton et cette intrusion marque  le début de l’enfer pour le héros. Que se passe-t-il ? Qui est cette compagnie ? Que veut-elle ? Telles sont les questions qu’il se pose, tout comme le spectateur. Car le tour de force de Fincher ici est bien de mettre le spectateur au même niveau qu’Orton, sans lui donner aucune indication sur ce qui est en train de se passer. La frontière entre le jeu et la réalité semble disparaître, comme le laisse supposer l’affiche du film et l’image du puzzle qui entache le visage d’Orton. Cela passe par différents niveaux dans le film : d’abord une intrusion de domicile, avec l’apparition d’un clown pour sonner le début du jeu, et on enchaine avec des scènes qui montent en tension. Orton se retrouve à courir pour sa vie, dépassé par les évènements. Chaque nouveau personnage rencontré se transforme en potentiel ennemi, la paranoïa gagne le héros, tout comme le spectateur.

L’atmosphère devient plus oppressante alors que la fin arrive, et le final que nous offre Fincher est renversant par la conclusion donnée et inattendue.

La tension qui habite ce film est parfaitement rendue par la photographie très gothique, qui n’est pas sans rappeler Se7en. Cette image noire et glauque prédomine tout le long, donnant l’impression de danger qui parcourt la ville de San Francisco et qui poursuit Orton.
Quant à Michael Douglas, le rôle lui convient parfaitement : un personnage qui ne sourit pas, est un tant soit peu antipathique : il incarne tout à fait cet homme irritant au possible.

Le seul vrai bémol provient de la bande son. L’utilisation du piano rend un effet loin d’accompagner un thriller ; trop calme, elle pèse parfois dans les scènes importantes.

A travers la manipulation qui règne en maître dans le film, on a affaire à une métaphore sur le cinéma : ce dernier doit constamment innover afin d’amuser la populace, au risque de la perdre dans les méandres de l’ennui.


The Game est un très bon film, qui malgré quelques défauts, parvient à divertir en amenant le spectateur à sa suite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire