7 avr. 2016

It Follows

Film américain

Date de sortie: 4 février 2015

Réalisé par: David Robert Mitchell

Avec: Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto etc.

Durée: 1h40

Genre: Epouvante-Horreur

Synopsis: Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d'étranges visions et  l'inextricable impression que quelqu'un, ou quelque chose, la suit. Abasourdis, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à la menace qui semble les rattraper...




It Follows est un film d’horreur rafraîchissant dans le panel du genre. Ni remake ni reboot, le scénario tente une approche originale du film d’épouvante en évitant les clichés de possession tels que la maison hantée ou l’apparition d’esprits fantasmagoriques généralement accompagnés de jump scare. On retrouve certes quelques ficelles du genre, mais elles sont amenées et présentées différemment, ce qui fait que notre propre approche du film change. 

Dès les premières minutes le film instaure une ambiance particulière, pesante, qui n’aura de cesse d’accompagner les personnages et le spectateur jusqu’à la fin. On est d’emblée happés par une sorte d’expectative : en effet, le réalisateur joue sur une certaine lenteur dans la réalisation et la narration, prenant son temps pour nous présenter Jay, l’héroïne et pour nous amener au basculement de l’histoire. Lorsque ce moment arrive, l’horreur comme on a tant l’habitude de la voir dans ce genre de films n’est pas au rendez-vous. Point de monstres, de fantômes surgissant en hurlant ou de tueurs déments courant vers sa proie. Ce qui apparaît ne semble pas, au premier abord très terrifiant, bien au contraire, et l’explication qui nous est donnée soulève bien entendu quelques questions sans pour autant faire dresser les cheveux. Cependant l’effroi gagne peu à peu le spectateur tout comme la panique s’empare de l’héroïne, et comme cette dernière on ne peut s’empêcher de scruter l’arrière-plan à la recherche de cette créature banale et terrifiante à la fois.




Le film se transforme en poursuite infernale, avec cette créature dont on ne sait rien et qui ne cesse de changer d’apparence pour apparaître en homme, femme, jeune, âgée, nue ou habillée. L’horreur survient de ce côté quelconque, puisque cette créature pourrait se fondre dans la masse, si ce n’est sa particularité de toujours marcher inexorablement vers sa proie.

La réalisation joue beaucoup sur ce point, et notamment sur le fait que seule la future victime peut voir son bourreau : tantôt on reste spectateur  tantôt on se retrouve à la place de Jay, dévisageant tous les personnages secondaires afin de découvrir si la chose n’est pas loin. Accompagnée d’une esthétique élégante avec de beaux plans fixes ou des ralentis, cette réalisation nous amène à un sentiment de paranoïa qui transmet la simple idée que tout espoir est vain, aucune échappatoire ne semble possible.

Ce sentiment est également bien rendu à travers les personnages, qui sont attachants ; Jay parvient à faire ressentir la panique qui l’habite. Le groupe d’amis est lui aussi intéressant, puisqu’on est loin des stéréotypes habituels. On a des simples ados qui tentent de faire face à quelque chose d’inconnu, de dangereux et surtout d’invisible pour eux.

En ce qui concerne la malédiction, plusieurs interprétations peuvent être faites : une personnalisation de MST qui rappellerait l’importance de se protéger ? Une simple folie étrange ? Une réelle créature qui punirait les inconscients ?



Quoi qu’il en soit, It Follows parvient parfaitement à nous emmener dans son univers en se démarquant des autres films du même genre et nous démontre que l’on peut encore innover en matière d’horreur et angoisse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire