22 avr. 2016

Les Silences de Thalès

Auteur: Hélène Louise

Edition: Editions de la Chimère

Genre: Young Adult

Date de parution: 2016

Résumé: Thalès vient d’emménager à Bayères-sur-Loire. Elle a seize ans, un prénom improbable et le goût des mots.
Elle a un nouveau chien, un nouveau chat, une nouvelle maison.
Elle a aussi un père, Pierre (professeur de mathématiques, vraisemblablement dépressif, addict au crochet) et une petite sœur, Sidonie (surdouée, hypersensible, gothique).
Mais depuis un an déjà, Thalès n’a plus de mère.



Après une excellente expérience avec Hélène Louise et son roman Lysandre Chalkhill, j’ai eu la bonne surprise de la voir se tourner à nouveau vers moi pour découvrir son nouvel écrit : Les Silences de Thalès. Et je ne regrette absolument pas ce nouveau partenariat qui m’a fait voyager dans une famille atypique mais plus qu’attachante.

Le récit nous entraîne dans un univers bien familial et très français, au cœur d’une famille plus que soudée après un deuil important. Le thème de la mort est donc omniprésent à travers les pages, sans qu’il n’alourdisse pour autant l’histoire ou ne la rende trop dramatique. L’auteur parvient en effet à prendre à contre pied ce thème en s’éloignant de ce que l’on peut nous offrir d’habitude, c’est-à-dire un personnage principal trop renfermé qui finirait par s’ouvrir aux autres grâce à l’amour du bellâtre du lycée, le tout saupoudré de pathos et mièvrerie à souhait. Au contraire, la mort est ici abordée sur un ton humoristique. Sans oublier son propos, Hélène Louise s’est penchée sur le deuil d’une manière différente mais des plus humaines, qui nous fait nous sentir encore plus proche des personnages.

Le ton est d’ailleurs donné dès les premières pages, avec cette introduction qui nous prend de court mais qui permet de présenter les personnages et d’étayer quelque peu leurs personnalités. S’il faut un léger temps pour rentrer vraiment dans le récit et s’habituer surtout à ces protagonistes si différents de ce que l’on peut rencontrer, une fois que cela est fait il devient très compliqué de s’en sortir puisque l’on finit par dévorer les pages qui défilent rapidement sous nos yeux. L’histoire, très simple, n’est pas sans rappeler notre quotidien, entre les descriptions de gestes et l’utilisation d’objets familiers, ainsi que des dialogues autour de la culture moderne et un peu plus ancienne. On avance au fil de la lecture dans un monde qui nous est au final très proche, ce qui nous rend les personnages plus que sympathiques car on finit par se sentir en corrélation avec eux. Au fur et à mesure que le récit avance, il s’étoffe et la fin, malgré sa prévisibilité, clôture à merveille ce voyage.

Plus que le récit, ce sont les personnages qui font tout le charme de son roman et qui lui donnent cette vivacité et cet intérêt. Simples, réalistes, on s’aperçoit que leur caractère est travaillé et très approfondi. On s’éloigne des clichés, souvent prisés dans le Young Adult et d’autres récits, pour toucher à l’individu même. Les protagonistes ont un passé, un vécu qui se répercutent sur le présent et leurs actes et comportements viennent approfondir leur personnalité. La particularité la plus attrayante cette facilité qu’à l’auteur de faire graviter autant de personnages secondaires sympathiques autour de son héroïne : tous apportent quelque chose de plus au récit et sont des plus attachants, notamment Sidonie, cette petite sœur tout de noir habillée, qui vit son deuil à travers la mode gothique. Sa manière de parler, des plus atypiques, sa façon de s’exprimer sont d’autant plus charmantes qu’elles nous révèlent un être sensible et intelligent.

L’écriture accompagne parfaitement le tout ; certes simple, il s’en dévoile une poésie moderne certaine légère et touchante. Le style d’Hélène Louise s’est affiné depuis son dernier roman lu, et le ton frais, presque désinvolte, démontre sa maîtrise des descriptions et des dialogues réalistes.


Pour conclure, Les Silences de Thalès est une lecture fraîche et intéressante qui nous prouve que les thèmes les plus sérieux peuvent parfaitement être traités de manière légère sans qu’ils n’en perdent leur sérieux pour autant. Drôle, attendrissant, ce roman est parfait pour passer un agréable moment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire