4 avr. 2016

Murder Incarnation

Auteur: INAMITSU Shinji (Dessin), SUGAWARA Keita (Scénario)

Type: Seinen

Genre: Thriller, Tranche-de-Vie

Editions: Komikku Editions

Publication: Terminée => 2 tomes

Résumé: Une personne qui vous est chère vient de décéder.
Alors que vous êtes au comble du désespoir, une mystérieuse jeune fille apparaît devant vous et vous dit :
- Je peux faire ressusciter les morts. Mais il y a une condition à cela. Il faudra tuer trois personnes, qu’importe lesquelles, en l’espace de 24 heures.
Seriez-vous capable de commettre des meurtres pour retrouver une personne qui vous est chère ?

Arrivant au moment où ils sont le plus vulnérables, la jeune demoiselle sait comment faire pour toucher les êtres meurtris en plein cœur. Elle leur assure en plus la disparition des cadavres engendrés par la réalisation de leur macabre résurrection… et donc une quasi-impunité. Autant vous dire que ces pauvres personnages se retrouvent souvent à jouer le tout pour le tout !



Manga court en deux tomes, Murder Incarnation offre un scénario atypique et intéressant au premier abord, mais qui malheureusement possède quelques défauts.

En effet, le mangaka nous propose un thème innovant qui pousse à la réflexion : jusqu'où seriez-vous capable d'aller pour rendre la vie à une personne proche? Question délicate qui ouvre de nombreuses perspectives ; malheureusement le mangaka ne va pas jusqu’au bout de son idée et se contente de nous soumettre quatre histoires aux dénouements certes satisfaisants, mais qui manquent cruellement de profondeur.

La lecture du premier récit parvient à bien implanter l’idée principale et suscite dès le départ intérêt et questionnement. Cependant tout va assez vite, puisqu’on n’a que 24 heures pour trouver les trois personnes à tuer pour permettre la résurrection. Si on a une hésitation logique venant de la première héroïne, ce ressenti n’est que survolé en quelques planches. Il aurait été intéressant de voir comment son choix était vécu, de comprendre ce que cela impliquait réellement. Or, rien de cela ne nous sera délivré, quelque soit l’histoire lue.



Les personnages se contentent d’être présents, d’agir selon leurs caractères mais il manque un approfondissement de leurs psychologies. Si on peut comprendre le choix du mangaka de ne pas le faire pour ne pas alourdir ses courtes histoires, il reste grandement dommage que ce développement n’ait pas été fait pour le personnage de la lycéenne, Maya Mikuni. En effet, on se pose beaucoup de questions autour d’elle : qui est-elle ? D’où lui vient son pouvoir ? Pourquoi propose-t-elle ce contrat ? Que fait-t-elle des cadavres récupérés ?

Du côté des graphismes, ces derniers sont quelque peu rédhibitoires. Entre des visages trop grossiers, des traits trop épurés et le manque de détails les dessins sont décevants et n’apportent rien de plus au récit.

Pour conclure, si on regrette une absence de développement et des histoires trop répétitives dans leur schéma, Murder Incarnation reste satisfaisant dans son originalité et pour l’intérêt soulever pour la mystérieuse écolière et son pouvoir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire