1 oct. 2013

L'Heure des Sorcières

Auteur: Anne Rice

Titre original: Lasher

Traducteur: Annick Granger de Scriba

Editions: Pocket

Genre: Fantastique

Date de parution: 2012 date originale:1990)

Résumé: Des siècles durant, les sorcières de la famille Mayfair ont dû lutter pour survivre et fuir les persécutions. Aujourd'hui, elles vivent en paix à La Nouvelle-Orléans. Mais Lasher, l'esprit qui les hante depuis des générations, enrage de les voir peu à peu se détourner de la magie. Lorsque Rowan, la treizième sorcière, la puissante héritière des pouvoirs, est sur le point d'accoucher, Lasher sent que son heure est venue et rassemble tous ses pouvoirs pour s'incarner dans le nouveau-né. La nuit de Noël, Rowan donne naissance à un enfant prodigieux : en quelques heures, il acquiert sa taille adulte, parle et marche. La famille Mayfair pourra-t-elle faire face à cet esprit infantile, jaloux et diaboliquement intelligent qui rêve de devenir le plus grand sorcier de tous les temps ?


Malgré mon ressenti mitigé à la lecture du Lien Maléfique, je me suis néanmoins lancée rapidement dans la suite car ma curiosité était quand même réveillée. J’ai un peu plus apprécié ce second volume de la saga Mayfair, mais je n’ai pas été totalement conquise ni vraiment entraînée dans l’histoire. Cela tient du fait que l’on retrouve les mêmes points négatifs que dans le roman précédent, surtout en ce qui concerne les personnages.

L’histoire débute quelques mois après la fin du Lien Maléfique : Rowan est toujours portée disparue, Michael est drogué aux médicaments et ne sert pas à grand-chose. On fait alors la connaissance d’un nouveau personnage qui m’est apparue directement aussi antipathique que Rowan. Mona, 13 ans, déjà mature sexuellement, est aussi hautaine et prétentieuse que Rowan. On comprend rapidement qu’elle va jouer un rôle clé dans la suite des évènements, puisque c’est elle qui va faire sortir Michael de sa léthargie, mais elle  reste exaspérante. Si l’on voit moins Rowan, sa présence reste au centre du roman puisque tout est mis en place pour la retrouver mais aucune sympathie n’apparaît pour ce personnage malgré la situation désastreuse dans laquelle elle se trouve. Il faut avouer que Rice dépeint tout cela d’une manière assez étrange, mais qui loin de nous rapprocher des protagonistes les rend encore plus éloignés. Entre pédophilie, inceste, plaisir à se faire violer, on a droit à des attitudes qui choquent et heurtent nos valeurs.

L’histoire prend également un nouveau tournant dans ce tome. Alors que Le Lien Maléfique prenait son temps, posait les bases de la trame principale, l’action prend place dans L’heure des Sorcières, avec un récit plus rythmé mais également un nouveau développement. Les révélations sont nombreuses et nous font voir certains protagonistes sous un angle nouveau. Beaucoup de choses se déroulent donc dans ce tome, satisfaisant notre curiosité bien aiguisée tout en la soulevant sur d’autres points.


Du côté de l’écriture Rice alterne entre différents points de vue, permettant ainsi au lecteur de connaître la situation des divers protagonistes. Le débit est fluide, les descriptions ne sont pas lourdes ou ennuyantes bien au contraire. Mais le problème reste le récit en lui-même, trop particulier pour moi.
La fin reste satisfaisante et on sent que les révélations ne sont pas terminées. A découvrir dans le dernier tome de la saga. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire