3 déc. 2011

Rambo

Film américain

Date de sortie: 1982

Réalisé par: Ted Kotceff

Avec: Sylvester Stallone, Richard Crenna, Brian Dennehy...

Durée: 1h37

Genre: Action

Titre original: First Blood

Synopsis: John Rambo est un vétéran rescapé de la guerre du Viet-Nam qui n'en est pas sorti indemne. Instable, il fait de l'auto-stop de ville en ville pour voir ses anciens camarades de guerre. Un Shérif qui se fie à l'apparence, lui demande de quitter sa ville mais Rambo refuse. Le shérif l'arrête alors pour vagabondage...




Quand on parle de Rambo, l'image la plus répandue et qui nous vient à l'esprit est celle d'un soldat hyper patriote, bien bourrin, prêt à tout pour sauver ses confrères prisonniers à l'étranger. C'est oublier bien vite ce premier opus qui est loin de ce cliché.

Tout d'abord, Rambo est l'adaptation du roman First Blood, qui fut écrit par David Morrell et publié en 1972. Le personnage principal, John Rambo, est un ancien béret vert qui vient tout juste de rentrer aux Etats-Unis après la fin de la guerre du Vietnam. Il parcourt le pays à la recherche d'un de ses anciens compagnons mais apprend qu'il est mort. Suite à cette annonce, qui semble l'ébranler, il reprend la route. Alors qu'il arrive dans une petite ville pour se restaurer, le shérif de la ville l'aperçoit  et le conduit aux limites de la ville, précisant qu'il ne veut pas de ce genre de personnes (sous-entendu de voyous) dans sa ville. Blessé par les propos du shérif, Rambo décide de faire demi-tour et de revenir vers la ville, geste qui déplait au représentant de la loi qui l'arrête et le fait enfermer en prison.

Son traitement en prison par des policiers au comportement abjecte fait ressortir des souvenirs terribles de la guerre. Le réalisateur joue ici entre scènes présentes et flashbacks comparant ainsi le comportement de ces policiers américains avec celui de l'ennemi vietnamien. C'est ce traitement qui va réveiller l'instinct de survie de Rambo, qui va contre-attaquer et s'enfuir dans la forêt qui jouxte la ville. Les policiers vont alors se lancer dans une chasse à l'homme, traquant l'ancien soldat telle une bête sauvage. Ce dernier est alors forcé de se défendre, usant des ses tactiques de bérets verts, mais évitant de tuer, ne faisant que blesser ses poursuivants. Dans une superbe scène où Rambo est acculée à une falaise, n'ayant le choix que de l'escalader en descente, un des policiers en hélicoptère le met en joue et lui tire dessus. On sent la haine de ce policier qui en tirant désobéi à son supérieur. Rambo, qui parvient à rejoindre le vallon, non s'en se faire mal, riposte contre cette machine hurlante en plein vol. Dans une embardée du pilote, le flic, qui s'était détaché pour mieux tirer, tombe et se fracasse sur les rochers. Sa mort déclenche une nouvelle tempête de colère chez ses collègues qui cette fois jure d'avoir la peau de Rambo.

C'est donc une sorte de survival qui va se jouer dans les bois. Rambo met à profit ses connaissances afin de s'en sortir.  De l'autre côté, le shérif fait appel à des renforts; cela donne l'impression que Rambo est un terroriste qu'il faut à tout prix mettre hors d'état de nuire. Toute cette partie dans la forêt est vraiment intéressante. On a une fois encore un parallèle entre ce lieu et la jungle vietnamienne. Mais on s'aperçoit également qu'elle est un terrain idéal pour Rambo, qui peut y évoluer et y survivre tranquillement, alors que les policiers ont plus de mal. Une sorte de confrontation entre l'homme civilisé et l'homme bestial? Peut-être.

Alors que tous les moyens sont employés pour retrouver le fugitif, son ancien mentor, le colonel Samuel Trautman, débarque et tente de raisonner les policiers, leur déclarant qu'ils n'ont aucune chance contre Rambo: "Je ne suis pas venu sauver Rambo de la police, je suis venu sauver la police de Rambo". Il parvient à contacter Rambo par radio, mais lui aussi reste entêté, déclarant qu'ils ont versé le sang en premier (d'où le titre original First Blood). Les policiers non plus n'écoutent pas Trautman et poursuivent leur chasse, jusqu'à acculer Rambo dans une ancienne mine désaffectée et faire exploser l'entrée. Tandis que tous le croit mort, le béret vert parvient à s'extirper de ces tunnels et à rejoindre la ville, de nuit. C'est ici que va se jouer le dénouement de cette course poursuite. Rambo va mettre à sac les magasins aux alentours de la prison, privant le shérif de lumière par la même occasion. L'affrontement final entre les deux hommes atteint son paroxysme dans cette scène finale, mais Trautman vient sauver son ancien protégé, lui intimant l'ordre de se rendre. C'est un John Rambo perdu et blessé physiquement et psychologiquement qui ressort menotté du poste de police et qui clame: "C'était leur guerre, pas la mienne!"



Voici donc un excellent film d'action qui penche vers le drame psychologique. C'est avant tout une critique de l'Amérique qui après la guerre du Vietnam et sa défaite cuisante avait laissé tomber ses soldats. Alors qu'ici seul un peu d'humanité aurait suffit, les américains préfèrent user de la violence, renvoyant un soldat qu'ils avaient probablement encouragé à partir à la guerre, le condamnant pour des actes qu'ils avaient acceptés. C'est donc cette Amérique moralisatrice qui est contestée dans ce film, thème plus profond qu'un simple film d'action.


Film à voir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire