30 janv. 2012

Team America: World Police

Film américain

Date de sortie: 2004

Réalisé par: Trey Parker

Avec: Trey Parker, Matt Stone, Kristen Miller

Durée: 1h37

Genre: Animation / Action / Aventure

Synopsis: Team America est une unité d'élite qui se bat sous toutes les latitudes pour assurer notre sécurité. Apprenant qu'un dictateur mégalo s'apprête à livrer des armes de destruction massive à une organisation terroriste, le groupe se lance une fois de plus dans la bataille...




Trey Parker et Matt Stone sont deux joyeux lurons qui n’ont pas leur langue dans leurs poches et ils nous le prouvent assez avec South Park. Une fois encore, ils se lancent dans la critique de leur pays et de leur société, mais cette fois à travers un film délirant, décapant et cynique. Ils ne font pas dans la dentelle, et n’hésite pas à cracher sur la politique de Bush ainsi que les militants pacifistes, en passant par le cinéma hollywoodien et quelques acteurs incontournables. La forme diffère de South Park et de ses petits enfants politiquement incorrects, mais le fond reste le même. On oublie les animations par ordi et on se lance dans une réalisation avec des prises de vue  réelles et des acteurs… spéciaux, puisqu’il s’agit de marionnettes. L’effet rendu est étonnant et super.

Les héros font partie d’une organisation secrète, la Team America, dont le but est de combattre le terrorisme dans le monde entier, et ce en employant des moyens radicaux. Ils représentent le stéréotype de l’américain patriote, défenseur de la liberté et aveugle au point d’utiliser des méthodes destructrices. Et les stéréotypes ne s’arrêtent pas là, au contraire, ils sont le moteur de ce film. C’est cette dérision qui fait le bonheur de nos petits yeux.




Ainsi on retrouve ce ton moqueur dès la première séquence du film qui se déroule à Paris. La ville est représentée par ses symboles, telle que certaines personnes la visualisent : la Tour Eiffel est à côté de l’Arc de Triomphe ainsi que de Montmartre. Les trottoirs sont pavés, les mimes hantent chaque coin de rues, les voitures sont des DS (pas toutes, heureusement), les femmes ont leur petit foulard qui cache et protège leurs cheveux, les hommes le béret. Le petit garçon porte un uniforme comme on n’en fait plus et s’appelle Jean-François. Voici le portrait d’une France un peu restée en arrière. Et le drame survient, puisque des méchants arabes terroristes veulent faire sauter notre belle capitale. Eux non plus n’échappent pas à la règle du stéréotype : ils sont basanés, avec des turbans, une barbe et des yeux méchants ! Et ils parlent arabe… enfin, disons plutôt qu’ils parlent le terroriste avec 3 mots qui se courent après : « bakadja, mohamed jihad, durka. » Alors que les parisiens tremblent de peur, sans défense, la Team America débarque avec ses gros souliers, heu pardon, avec ses armes et bazooka, prête à défendre la veuve et l’orphelin contre la menace terrible qui pèse sur Paris. Là où des commandos choisiraient une tactique plus subtile la TA préfère foncer dans le tas : et oui, c’est bien connu, on ne combat pas des terroristes sans détruire une ville. Adieu donc Paris, tu étais une magnifique capitale. Bien sûr les membres de la TA sont heureux d’avoir accompli leur mission et ils crient de joie face aux décombres fumants des bâtiments parisiens et aux mines déconfites des habitants. Mais ô malheur ! Un des terroristes n’était pas tout à fait mort et tue un des membres de la TA.

Jésus Marie Joseph, c’est la fin de tout, c’est un sacrilège impardonnable, une abomination qui s’est déroulée. Il va falloir donc remplacer ce membre tant apprécié, mais qui choisir, et sera-t-il accepté ? Le choix du superviseur de la TA se porte sur un acteur en pleine gloire, qui possède ses propres démons. Rejeté par un membre dès la première rencontre, sous le charme de la belle blonde qui ne veut plus d’aventure amoureuse depuis la mort de son fiancé, faisant craquer la brunette par son charme et en proie avec ses propres démons intérieurs, le héros ne sait comment faire face à tout ça. S’ajoute à cela la plus grande menace terroriste qui existe en la personne de Kim Jong (ancien dirigeant de la Corée du Nord) et la menace des pacifistes. Car oui, l’action menée par la TA à travers le monde n’est pas bien vue en Amérique.



Voilà donc le cocktail qui fait de ce film une petite merveille dans le monde de la parodie. Car oui, Parker et Stone ne s’en prennent pas seulement aux héros et aux terroristes, mais ils s’amusent également des défenseurs extrémistes qui prennent les traits des acteurs militants pour la paix. Le nom de la guilde des acteurs est équivoque : F.A.G (Film Actors Guild) qui signifie pédé. Alec Baldwin, président de cette guilde, s’en prend plein la tronche, comme ses camarades Helen Hunt, Samuel L. Jackson, Liv Tyler, etc.,  et Michael Moore qui n’hésitera à se sacrifier tout en s’empiffrant. Le plus marquant restera Matt Damon, dont la profondeur des dialogues nous touche énormément.

Tous y passent, et tout ça dans une merveilleuse parodie de films d’actions. On reprend les codes du genre au service de l’humour : explosions à gogos, un amour qui semble impossible, un héros torturé qui doutera, mais qui finira par prendre la bonne décision et sauvera tout le monde du grand méchant.  Certaines scènes restent mémorables : la transformation de l’acteur en terroriste pour jouer son rôle à fond, une scène de sexe comme on en a jamais vu sans un X sur le film, et des scènes de combat dignes de Kill Bill. Le dernier point positif est la bande-son : écrite et interprétée dans sa presque totalité par Trey Parker lui-même. Mélangeant rythmes entraînant (rock) et ballades douces et romantiques, il nous offre des chansons étonnantes auxquelles il est important de prêter attention aux paroles.




Bref, ce film est une réussite : la réalisation, les marionnettes, la musique, le scénario et les dialogues sont tous très bien soignés. On passe un excellent moment et on se fend la poire à presque chaque scène. Regardez le vite !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire