5 janv. 2012

Train fantôme

Auteur: Stephen Laws

Titre original: Ghost Train

Traducteur: Fabienne Duvigneau

Editions: Presses de la Cité

Genre: Horreur / Terreur

Date de parution: 1985

Résumé: Quelle force mystérieuse appelle chaque jour Mark à la gare de Newcastle ? Pourquoi éprouve-t-il une peur irraisonnée à l'idée de lui obéir et de franchir la porte qui mène au quai ?

Est-ce parce que son inconscient craint que ne se reproduise le terrible accident qui l'a plongé dans un long coma et dont il ne garde aucun souvenir ? Ou plutôt parce qu'il sait obscurément qu'il y a quelque chose dans ce train, sur cette ligne ? Quelque chose qui pousse irrésistiblement les gens à tuer, transforme les enfants en meurtriers et se repaît de la mort ?
Quelque chose qui attend depuis des siècles, des millénaires, et qui est sur le point de se libérer.



Dans ce premier roman, Laws tente par tous les moyens de nous faire frémir de terreur, usant notamment  de l'éternel sujet des cauchemars. S'il arrive à nous plonger dans une histoire intéressante et bien construite, les frissons ne sont pourtant pas au rendez-vous.

Se décomposant en trois parties, l'histoire relate les aventures de Mark Davies, un homme brisé après un grave accident de train. 18 mois plus tôt, Mark a été retrouvé inconscient à côté d'une voie ferrée. Ayant miraculeusement survécu et après des mois dans le coma, il a finit par se réveiller. Encore une fois son rétablissement est plus rapide que la normale, faisant de Mark un être curieux, qui intrigue beaucoup de monde. Malgré ce rétablissement physique rapide, Mark est habité par des rêves qui le terrifient au plus haut point, mais également par une force et une peur sans nom qui habitent son esprit. C'est ainsi qu'il se retrouve tous les matins depuis deux mois à la gare de Newcastle, poussé par cette force inconnue. Il tente à chaque fois de monter dans un train, mais à ce moment là la terreur sans nom s'empare de lui, et il retourne claudiquant au café de la gare, tout ça sous les yeux des contrôleurs qui pensent avoir à faire à un fou. Mark lui-même commence à croire qu'il perd la tête car il n'arrive pas à s'expliquer la nature de son comportement ni celle de ses rêves. Ces derniers sont oppressants et stressants. Chaque fois il se retrouve sur un site préhistorique, et assiste à des sacrifices par des druides sans qu'il ne puisse influer sur le cours de ses rêves. Spectateur impuissant de cette horreur, il voudrait comprendre ce qui lui arrive. Ses rêves ont-ils un lien avec son accident?

A côté de cette trame, Laws éclaire la lanterne du lecteur sans toutefois tout dévoiler, en racontant des épisodes sur des gens qui deviennent fous après avoir pris le même train que Mark. Comme possédés, ils s'en prennent à leurs proches et/ou à eux-mêmes. La voie de King's Cross à Edimbourgh, serait-elle hantée? Il semblerait que ce soit bel et bien le cas. Lors d'une tentative d'hypnose avec son psychologue, ce dernier disparaît avant que Mark ne reprenne conscience, ne laissant qu'une trainée de sang derrière lui. Un nouveau stress pour notre héros qui va un peu plus douter de lui: que s'est-il passé dans la pièce? A-t-il tué son docteur? Où est passé le corps?

Cet évènement va définitivement pousser Mark à franchir la barrière du quai et à monter dans un train.  Malheureusement, alors que le train approche, Mark sent une force le pousser à se jeter devant la machine en marche. Une main le secoure à temps, lui sauvant la vie. Cette personne n'est autre qu'un ancien policier, qui s'occupait du cas de Mark. On apprend alors que depuis sa création au 19ème siècle, la ligne de train avait connue plus d'une centaine de cas de morts de la part des passagers. Une créature terrifiante cherche en fait à s'en échapper. Les rêves de Mark prennent leur importance ici: chaque site est relié par une force, mais la ligne n'avait pas pu être terminée au temps des druides. En construisant la ligne de fer, les hommes ont terminé le travail, mais en même temps ont emprisonné cette force terrifiante. Cette dernière se sert des cauchemars des gens, de leurs sentiments, pour les pousser à faire du mal, se nourrissant ainsi de ces peurs. Seul hic au tableau, Mark est le premier à survivre, pas une mais trois fois aux tentatives du monstre. Ils sont désormais liés, et cet homme est le seul qui pourra tout arrêter.


Le fait de lier sites historiques et temps modernes par le biais du train est une idée intéressante que Laws a su bien exploiter. Je m'attendais par contre à une scène qui se déroulerait sur l'un des sites, mais comme son monstre, l'auteur ne dévie pas des rails. Autre fait qui peut paraître perturbant, c'est l'appel à un prêtre pour exorciser le monstre. Encore une fois, je m'attendais à l'usage d'un pouvoir druidique, ou en lien avec des menhirs. En ce qui concerne la fin, Laws n'hésite pas à user d'une scène gore pour choquer le lecteur, mais la terreur n'est pas là, du moins selon moi. L'action s'enchaîne donc, et la fin est à la hauteur de ce que l'on pouvait attendre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire