12 juin 2013

Percy Jackson: le sort du titan

Auteur: Rick Riordan

Titre Original: The Titan's Curse

Traducteur: Mona de Pracontal

Editions: Albin Michel

Genre: Fantasy urbaine

Date de parution: 1er mai 2007

Résumé: Percy et ses amis Annabeth, Grover et Thalia se retrouvent face à un horrible manticore, ils n'ont la vie sauve que grâce à l'intervention de la déesse Artémis et de ses Chasseresses. Mais, lorsque Annabeth, puis Artémis disparaissent, une nouvelle quête semée d'embûches s'annonce : Percy devra plus que jamais se méfier des manipulations et des pièges de Cronos, le Seigneur des Titans.



Le Sort du Titan se présente au premier abord comme les deux premiers tomes de la série, avec le même schéma narratif qui ne permet plus de réel effet de surprise dans la lecture, ainsi qu’une introduction légèrement déstabilisante. On retrouve Percy et ses amis quelques mois après la fin de La Mer des Monstres, à la recherche de deux nouveaux Sang-Mêlés. Cette ellipse de temps entre les deux tomes est contrariante et démontre de la facilité dans laquelle tombe hélas trop souvent l’auteur. Après nous avoir laissé avec une fin extra, Riordan préfère éluder les explications, mettant ainsi le lecteur mal à l’aise puisqu’il ne comprend pas tout.

Passé une introduction certes remplie de rebondissements mais quelque peu redondante, on entre dans une deuxième partie qui devient vraiment intéressante et qui prend en profondeur. Il faut dire que l'arrivée de nouveaux personnages apporte de la fraîcheur ainsi que quelques changements. L'intrigue est prenante, le rythme haletant et on ne s'ennuie guère. La contextualisation de la mythologie est à nouveau réussie, avec la présentation de nouveaux dieux qui est assez convaincante, à l'exception d'Aphrodite qui apparaît comme un personnage aussi détestable que son amant Arès. Au rang des personnages difficiles à apprécier vient également Thalia. Si elle possède de nombreux points en commun avec Percy, elle est pourtant bien plus pète sec et autoritaire que lui. A toujours vouloir se prendre pour la chef, elle fatigue quelque peu. On notera par ailleurs qu’à travers ce personnage et ceux des Chasseuses se dévoile un discours un peu trop féministe, qui tient d’ailleurs plus de la misandrie, discours à la longue fatiguant et parfois déplacé.

Le livre offre enfin quelques émotions: on sent que l'histoire mûrit, à défaut de certains personnages, en offrant des passages plus adultes que dans les premiers tomes. Cela reste malgré tout minime, puisque l'on reste bien dans une écriture pour adolescents, ce qui est dommage au vu de l'intrigue.

Les personnages restent donc les mêmes, sans grands changements notoires à part Grover, dont la disparition de Pan et sa recherche le rendent plus mâture. L’absence d’Annabeth se fait sentir, mais ne fait pourtant pas baisser l’histoire en intensité, bien au contraire. Les nouveaux protagonistes sont eux intéressants et bien amenés.

Du côté de l’écriture, Riordan n’a pas changé : dans un style toujours adolescent, il décrit les aventures de son héros assez simplement, de manière fluide. L’humour est toujours présent, pas toujours bien distillé mais cela n’est pas très dérangeant. 

Quant à la fin, on peut simplement dire qu'elle est magistrale car Riordan réussi un beau cliffhanger. Cette dernière révélation promet une suite exceptionnelle et pleine de surprise.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire