26 févr. 2012

Harold et Kumar chassent le burger

Film américain

Date de sortie: 2004

Réalisé par: Danny Leiner

Avec: John Cho, Kal Penn, Paula Garces, Neil Patrick Harris...

Durée: 1h28

Genre: Comédie

Synopsis: Harold et Kumar, deux colocataires amateurs de ganja, tombent sur une publicité du fast-food de luxe White castle, et décident de tout entreprendre pour manger ces délicieux burgers. Sur le chemin, ils seront confrontés à la police, à des rednecks et à encore beaucoup d'autre épreuves tout en cherchant de quoi fumer.



Si vous cherchez un film pour vous détendre et mettre votre cerveau en mode off, je vous conseille vivement celui-ci. Mélange entre un teen et un road movie, cette comédie enchaîne les gags du 1er genre en les adaptant au second. Ce qui laisse donc présager que le scénario n’est pas des plus compliqué… ce qui est le cas, puisqu’il doit tenir en deux lignes.

On suit les aventures de deux amis aux caractères totalement opposés :

Harold est un jeune cadre timide, bosseur et qui se fait légèrement exploité par ses collègues de boulot. Kumar, quant à lui, est un jeune diplômé de prépa qui cherche une école de médecine. Après une journée comme tant d’autres ils se retrouvent sur leur canapé à glander et fumer, encore fumer (pas des cigarettes hein) devant la télé. Petite scène comique quand une pub contre la drogue passe : un jeune est stone et prend le fusil de son père, se croyant invulnérable. Et bam ! Il va sans dire que nos deux compères sont explosés de rire devant ce spectacle, et nous avec. Comme on le sait tous, la fumette donne faim, et voilà le grand et unique débat du film : que va-t-on manger ? KFC, pizza etc. ?? Car oui c’est important de bien manger gras. Mais une pub pour les burgers White Castle viennent tout chambouler. Salivant d’avance sur le canapé, les deux amis décident d’aller faire un tour dans ce fast-food. Quitte à traverser tout l’état !

Les voilà donc sur la route avec pour mission de retrouver leur chaîne de burgers. C’est là que les ennuis commencent, sinon il n’y aurait pas de film. De situations ridicules en situations rocambolesques, les deux lascars découvrent la vie d’aventuriers citadins. On passe par une fête sur un campus avec beuh à la clé et belles filles, puis on tourne à droite on se fait attaquer par un raton laveur (scène assez poilante) et on s’arrête à l’hôpital où travaille le père de Kumar. Séquence sauvetage qui rappellerait presque celle dans Mr. Bean le Film. On repart vers d’autres horizons faire la connaissance d’un dépanneur à l’allure moche et effrayante : gros nez, des cheveux gras, des pustules sur tout le visage, dont certains suintent une texture verte étrange. Cet homme vit au milieu de la forêt, dans une cabane à l’air miteuse, et des objets tranchants dispersés un peu partout dans la cour. Comment ne pas penser à un tueur en série ? Mais non, ce n’est qu’un gros pervers qui permet aux garçons de coucher avec sa jeune et belle femme. Partouze à l’horizon ! Bizarrement, cela ne réjouit pas plus que ça nos deux amis. Apparaît ensuite Neil Patrick Harris, qui joue son propre rôle, mais en plus pervers qu’il ne l’est dans la vraie vie. Il est obsédé par les filles avec des gros seins et n’a qu’une envie : faire l’amour. Il met surtout les deux amis dans une situation embarrassante.

On continue avec des rencontres totalement décalées : des policiers stupides et racistes qui s’en prennent toujours à un pauvre noir, une panthère qui doit plutôt faire partie de leur imagination déjantée de fumeurs. Ils finissent bien sûr par arriver à ce lieu tant recherché, après une allégorie sur la poursuite du bonheur américain, qui semble passer par des petits burgers. Comme pour toute comédie, tout finit bien. Le gentil Harold grandit et s’endurcit, Kumar ne change pas.


En bref, même si le niveau ne vole pas forcément haut, on rigole du début à la fin. Les gags sont réussis et atteignent leur but, sans plus de prétention. En plus, il nous donne envie de goûter à ces burgers de White Castle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire