9 févr. 2012

Prédateurs

Auteur: Maxime Chattam

Editions: Albin Michel

Genre: Policier / Thriller

Date de parution: 2007

Résumé: Ils sont déjà parmi nous... Une guerre sans nom. De jeunes soldats sauvagement mutilés dans des mises en scène effroyables. Mais l'ennemi n'est pas le coupable. Pour le lieutenant Frewin, fasciné par le langage du sang, il ne peut s'agir que d'un psychopathe, un monstre de ruse et sadisme, un prédateur cruel et archaïque qui va les décimer un par un... Renouant avec la veine de sa Trilogie du Mal, Maxime Chattam nous propulse dans un vortex de terreur, imposant une fois encore son univers mystérieux et sanglant. Plus qu'un thriller, un guide de survie !



Avec ce livre, j'ai eu l'impression que Chattam revenait à ce qui a fait son succès: un thriller sombre et terrifiant. Il nous plonge dans une mise en abyme intéressante, nous présentant des personnages pris dans le tourbillon d'une guerre sans nom. Alors que plusieurs unités de soldats se préparent à débarquer sur une plage, à plonger dans l'enfer qui les attend, un imprévu terrible s'abat sur eux. On retrouve un soldat mort, crucifié à un mur, sa tête remplacée par celle d'un bélier. Le lieutenant Frewin, chef de la Police militaire, est tout de suite dépêché sur les lieux. Il comprend au premier coup d'oeil qu'il a affaire à un tueur méthodique, prévoyant, qui ne s'arrêtera pas à ce premier crime. Un loup se promène dans la bergerie, et c'est son rôle à lui et son équipe de le stopper au plus vite. Sauf qu'il y a un problème. Les soldats sont sur le point d'embarquer pour une plage où ils devront combattre un ennemi connu et inconnu à la fois. La Police Militaire va être séparée, mais surtout, la hiérarchie va se mettre en travers de l'enquête. La guerre est le seul point sur lequel tous doivent se focaliser, l'enquête de ce meurtre atroce doit être reléguée au placard. Un second meurtre survenu la nuit suivante va pourtant tout relancer. Frewin est fébrile: qui est donc cet homme qui n'attend pas longtemps pour commettre son forfait, et qui surtout n'hésite pas à faire ça dans un huit clos avec un haut risque d'être surpris? La confiance qui émane de ce monstre est terrifiante, mais seul Frewin en comprend la portée.

Les soldats ont d'autres chats à fouetter: la bataille sur la plage sur laquelle ils arrivent fait rage, les pertes sont considérables. La tension des meurtres fait place à la tension de la guerre. Car voilà le tour de force de Chattam; plonger ses personnages et ses lecteurs dans une tension continue et dans le trouble. Les soldats sont dans l'expectative de la guerre, ne sachant aucunement ce qui les attend sur le champ de bataille. Nous lecteurs attendons, comme Frewin, son équipe et l'infirmière Ann Dawson qui les aide, le prochain meurtre. Et on n'est pas déçus par l'imagination employée par Chattam pour décrire ces crimes horribles. On se demande où il va chercher tout ça. Les descriptions des cadavres et de leurs expositions sont bien détaillées, peut être trop pour les âmes sensibles. On découvre à travers cela une intelligence et une imagination débordante de la part du tueur, ce qui le rend bien plus dangereux que les opposants dans cette guerre. Cette dernière est un bon prétexte à Chattam pour plonger encore plus profondément dans les méandres des ténèbres de l'Homme. Il ajoute une réflexion sur l'être humain, le mal qui l'habite et le fait agir. Au final, la guerre et les meurtres ne sont que des exemples qui illustrent les propos de l'auteur. Mais il réussit son pari, car tout le monde sans exception, également les héros, possèdent sa part des ténèbres. Personne n'y échappe, et c'est grâce à cela que Chattam nous perd dans hypothèses sur l'identité du tueur. Tous peuvent l'incarner.

Il faut attendre la toute fin pour découvrir l'identité de cet être tordu. La surprise peut être au rendez-vous, sauf si vous avez l'habitude de ce genre de lecture et que vous avez prêté attention à certaines indications. En tout cas, tout s'enchaîne pour la révélation, on apprend comment certains meurtres ont été commis. Mon regret c'est que les premiers meurtres, les plus originaux de mon point de vue, ne sont pas expliqués. Pourquoi cette mise en scène? Ok le méchant aime choquer et faire voir son "oeuvre" mais ça n'explique pas ses choix. Je trouve le dénouement un peu bâclé.


Ce livre m'a réconcilié avec Chattam, mais je me méfie quand même en entamant ces livres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire