22 juil. 2011

Delta Force

Film américain

Date de sortie: 1986

Réalisé par: Menahem Golan

Avec: Chuck Norris, Lee Marvin

Durée: 2h05

Genre: Action, Aventure

Synopsis: Un avion avec des citoyens américains est pris en otage par un groupe de terroristes palestiniens. Pour tenter de les sauver, on fait appel à un commando spécial, le "Delta Force".




Tout d'abord je crois qu'il faut préciser que ce film fait partie des plus grands nanars que le cinéma peut nous proposer.

Qu'est ce qu'un nanard: Le terme "nanar" est employé par certains cinéphiles pour désigner des films particulièrement mauvais qu'on se pique de regarder ou d'aller voir pour les railler et/ou en tirer au second degré un plaisir plus ou moins coupable. Soit, selon la définition d'un amateur, "un navet tellement navet que ça en devient un dessert".  (définition prise sur le site Nanarland)



L'histoire est simple: vous prenez un commando d'américains prêts à sauver le monde, la veuve et l'orphelin dans des situations à risques, des terroristes, arabes s'il vous plait, et vous avez le scénario d'un bon nanard truffé de scènes d'action pour épater nos petits yeux de spectateurs.

Tout va commencer avec le détournement d'un avion américain par deux terroristes qui agissent pour la liberté de leur peuple (normal). On envoie alors le commando Delta Force, commandé par Lee Marvin, avec 30 hommes dont Chuck Norris. Et là c'est le drame, tout ne se passe pas comme prévu. Mais heureusement, on peut compter sur notre ami Chuck qui va libérer tout ce beau monde.

Alors ce film accumule les clichés: plan sur un homme barbu, cheveux noirs et un peu frisés, au teint basané: on a tout de suite notre méchant terroriste d'origine arabe qui en veut aux Etats-Unis. On ajoute les Juifs, avec de beaux bijoux, des Marines en chemise hawaïenne et on a nos passagers.

L'une des beautés du film tient en la particularité de ses personnages, et des clichés qu'ils véhiculent:

On a des méchants qui ne semblent pas si méchants au début, jusqu'à ce qu'ils tournent racistes en découvrant qu'il y a des passagers juifs dans l'appareil. Et là, c'est le drame, on prend les hommes juifs en otages, avec les marines, et attention, magie du scénario: ils demandent à l'hôtesse allemande, (et oui ils ont osé) de se charger de trouver qui est juif. Tentative de la part du scénariste et du réalisateur de dramatiser ce moment, sans vraiment y parvenir: les clichés étant trop gros la scène n'en paraît que grotesque.

 Les méchants deviennent vraiment des méchants sans coeur, allant jusqu'a tabasser un des marines, et à le tuer (il fallait bien qu'il serve à quelque chose) sous les yeux de ses compatriotes Delta Forciens. Rien ne va plus à partir de là, puisque Chuck va vouloir la peau de ces salauds. On ne tue pas un américain impunément voyons!

Et ce qu'on attendait finit par arriver: des scènes d'action mythiques: Chuck et le lance-roquette; Chuck mitraille tout ce qui bouge en descendant le long d'un fil, Chuck fait joujou avec le canon d'un Uzi. Enfin: Chuck, seul face aux méchants.

Arrive donc la fin, avec le chevalier Chuck sur sa fidèle moto, qui se retrouve affublée d'un lance-roquette. Chuck devient désormais invincible, et il casse de l'arabe comme pas 2. Sa vengeance sera terrible et sans merci (on venge toujours un compatriote mort) et nous offrira un final culte et hilarant. Il nous offre par ailleurs de bonnes cascades sur sa moto (cascades qu'il a réalisées lui-même).

Mais il faut reconnaître qu'on ne s'ennuie pas une seule seconde en regardant ce film, d'ailleurs, on n'arrête pas de se poser des questions. En voici quelques unes:

-pourquoi d'un coup les terroristes s'en prennent-ils à des juifs? et pourquoi que les hommes?

-l'avion atterrit d'abord à Beyrouth pour faire descendre les otages "particuliers"(marines et juifs), va en Algérie, pour finalement retourner à Beyrouth ou les autres otages seront enfermés dans un camp de terroristes.. Pourquoi faire ce détour qui n'a aucun sens?

-Chuck démissionne au début du film. Quand ses potes reçoivent l'ordre de partir en mission, le colonel décide d'attendre Chuck. Sauf que ce dernier ne travaille plus pour lui et ne l'a jamais appelé pour lui dire qu'il allait rappliquer. Pourquoi alors le colonel attend-il Chuck pour partir?

Bref, tout ceci contribue à faire de ce film un bon nanar. Par ailleurs, on se demande pourquoi les Delta Forciens sont de la partie, sérieux, à lui tout seul Chuck aurait libéré tout le monde. Il est la Delta Force!

Mention spéciale pour la musique, qui est pour le coup bien dans le thème si je puis dire, puisque très patriotique. Elle nous reste en tête un bon moment aussi. Mais faites attention, à trop l'écouter l'envie de chevaucher une moto pour aller tuer des terroristes pourrait vous prendre!

1 commentaire:

  1. A noter aussi le combat de Chuck contre « le boss du camion », alors on dirait que c’est devenu une sorte de scène classique des mauvais films d’action : Le héros qui qu’il soit (même Chuck) a du mal contre un méchant bidon juste parce qu’il conduit le camion.
    On retrouve la même scène dans « le transporteur » (magnifique film produit par Besson). Ca serait intéressant de savoir d’où ça vient, peut être que c'est la scène que tout mauvais réalisateur rêve de tourner un jour!

    RépondreSupprimer