21 juil. 2011

La Blonde en béton

Auteur: Michael Connelly

Titre original: The Concrete Blonde

Traducteur: Jean Esch

Edition: Seuil

Genre: Policier

Date de parution: 1994

Résumé: L'inspecteur Harry Bosch se dit certain que Norman Church, l'homme qu'il a tué un soir dans une chambre de Los Angeles, était bien le Dollmaker, autrement dit "le faiseur de poupées", meurtrier en série qui assassinait des jeunes prostituées, et les maquillait outrageusement avant d'abandonner leurs cadavres dans des lieux publics. La veuve de Church, pourtant, a décidé de poursuivre le policier en civil : rien, à ses yeux, ne justifiait un tel recours à la force.Bosch se tait, et se sent, en sécurité. Malgré ses méthodes toujours peu orthodoxes, ses supérieurs hiérarchiques ne lui ont pas retiré leur confiance. L'avocate de la partie civile, la très brillante Honey "Money" Chandler, n'obtiendra tout au plus, en cas de succès, qu'une réparation symbolique.Jusqu'à ce que Bosch en vienne peu à peu, avant que quiconque ne l'accuse, à douter de l'identité du principal - et unique - suspect, aujourd'hui défunt...Norman Church était-il vraiment le "Dollmaker" ? Au cours du procès, le cadavre d'une nouvelle jeune femme est découvert sous la dalle en béton d'un immeuble. Et tout indique que ce meurtre ne peut être attribué qu'au Dollmaker.Inquiet, Harry Bosch rouvre le dossier du mort et reprend l'enquête à son point de départ.Où, et quand, a-t-il fait fausse route ? Et que peut-il faire pour arrêter l'assassin avant que celui-ci ne mette à exécution ses menaces de mort ?



Pour changer, voici encore une critique sur un roman policier. Et de Connelly, encore une fois. Il s'avère que j'apprécie énormément cet auteur, et je suis donc dans une période où je lis tous ses livres que j'ai sous la main.

Celui-ci, je l'avais acheté il y a bien 4 ans, mais je ne l'avais jamais ouvert. Heureusement cette faute a été rattrapée et je peux vous assurer que je n'ai pas été au bout de mes surprises.

Nous retrouvons donc le héros bien connu de Connelly, à savoir Harry Bosh. Il est ici en bien mauvaise posture, car sur le banc des accusés. Et si ce policier avait commis une erreur et tué un innocent?

A travers cette question, Connelly nous fait entrevoir le monde de la justice américaine, son fonctionnement, et les avocats qui sont prêts à tout pour gagner, tout cela accompagné d'une chasse à l'homme comme il sait si bien les écrire.

Le personnage Harry Bosh nous apparaît sous une lumière différente: son trop plein de zèle l'a peut être fait franchir une limite. On le voit douter, on le voit également amoureux. D'une certaine manière ces détails confèrent plus d'humanité à ce flic bourru qui ne lâche jamais une affaire. Et ça nous le rend encore un peu plus sympathique.

Le livre se passe en grande partie au tribunal, où l'on y voit les témoins défiler et les plaidoieries des avocats. Ce que l'on voit c'est surtout qu'un avocat n'est en fait qu'un maître des mots prêt à les manipuler à sa guise quitte à déformer la vérité pour convaincre le jury. Ici il prend la forme de Holly Chandler, avocate qui fera tout pour montrer que Bosh n'est qu'un monstre. Elle va jusqu'à dépeindre le serial killer mort comme la victime, voire un ange. Elle échange les rôles pour semer le doute, et en cela, elle est détestable. Ce n'est qu'une arriviste qui pousse dans ses retranchements notre héros, quitte à étaler son passé au public, et surtout à mettre à jour une enquête importante et secrète. C'est un personnage intéressant, ses motivations semblent n'être que l'argent, et ses tactiques démontrent sa haine envers les policiers et sa force de persuasion.

Mais le personnage le plus intéressant reste le serial killer, et surtout son identité! Qui est-il? Qu'elles sont ses motivations? etc... On voit un défilé de suppositions, de suspects, avant de découvrir qui est réellement le meurtrier. On se doute toujours que les premiers suspects ne sont pas le tueur, au vu du nombre de pages qu'il reste à lire, ce qui est dommage. Mais l'effet de surprise reste là à la toute fin.



J'ai vraiment bien aimé ce roman. Le procès m'a tenu en haleine, je voulais absolument voir Bosh gagner, innocenté. Quant au tueur, je ne m'y attendais pas du tout, et c'est un bon tour de force que Connelly nous a offert là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire